trekking avec les enfants

Lors d’un trekking au Maroc, les risques sont nombreux. Lorsque l’on va en altitude, le risque principal est d’attraper le mal aigu des montagnes, une maladie qui est liée à la diminution du niveau d’oxygène dans l’air. Ce mal se manifeste par des maux de tête (niveau bénin), des nausées, des vomissements, des troubles du sommeil, une forte irritabilité (niveau moyen), mais aussi des œdèmes cérébraux et des œdèmes pulmonaires, en cas de MAM sévère. Les enfants sont-ils plus sensibles que les adultes ? Voilà la question que les professionnels se posent. On a longtemps estimé que la réponse à cette question était « oui ». Toutefois une étude « sur le terrain » a donné des résultats fiables que nous examinerons dans cet article.  Le site Aventure-Berbere vous donnera des informations plus précises à ce sujet.

L’aventure du trekking en altitude pour des adolescents

Des chercheurs français ont décidé d’emmener un groupe composé de 23 adolescents, âgés entre 13 et 15 ans, et de 23 adultes, au Chili à près de 6000 mètres d’altitude, afin de déterminer si les enfants sont plus affectés par le MAM que les adultes. Avant le voyage, les enfants ont subi un entraînement physique et social de deux ans, afin d’être prêts pour le grand voyage. Les premiers résultats montrent qu’il n’y a pas de réelle différence entre les adultes et les enfants. Peut-être parce que personne n’est arrivé au sommet de la montagne, tout le monde est descendu après avoir atteint une altitude de 5 800 mètres. Au final seulement 12 enfants et 11 adultes ont atteint l’altitude de 5 500 mètres, ce qui est une réussite. Pour un trekking au Maroc ou ailleurs, les résultats auraient probablement été les mêmes. Des cas de MAM ont été observés, et ils étaient bénins pour la plupart. Toutefois, 3 enfants et 3 adultes ont développé des symptômes du MAM sévère, notamment des manifestations d’œdème cérébral. La guérison a été prompte grâce aux médicaments qu’ils ont pris. Il n’y a pas eu de signe d’œdème pulmonaire signalé.

Cette étude montre que l’adaptation aux hautes altitudes est la même chez les enfants et chez les adultes. Que l’on fasse un trekking au Maroc ou dans les Alpes, les enfants et les adultes sont logés à la même enseigne. Ces résultats ne veulent pas dire que l’on peut emmener les enfants pour une promenade en haute altitude sans au préalable prendre quelques précautions. Comme les adultes, si les enfants ne subissent pas un diagnostic rapide et un traitement adéquat, le MAM bénin peut se transformer en MAM sévère, et entraîner le coma et même la mort, à plus ou moins court terme. C’est pour cela qu’il est important que les accompagnateurs adultes (parents ou guides) sachent bien ce que c’est le MAM, ses symptômes, les risques, le traitement, etc. De cette manière, ils pourront intervenir rapidement en cas de premiers symptômes. Lorsque cela est nécessaire, ils peuvent même décider d’arrêter le voyage et redescendre.